La Tête dans les Étoiles 

L'alimentation qui nous soigne

En 8 ans de lutte contre mon endométriose, j'ai appris à m'alimenter autrement afin de tirer au maximum les bienfaits de la nature pour que mon organisme puisse fonctionner au mieux lors de mes crises de douleurs. Nous sommes fait de ce que nous mangeons (d'un point de vue biochimique). J'ai donc consulté, au cours de ces dernières année, différents spécialistes en nutrition et en micro-nutrition qui m'ont orienté vers une alimentation spécifique à mon état de santé. En effet, la micronutrition s’intéresse aux micronutriments qui auront un impact positif sur l'état de santé d'un individu pour l'aider à lutter au quotidien contre sa maladie. Les micronutriments jouent un rôle fondamental dans le bon fonctionnement de notre corps: ce sont les vitamines, les minéraux, les oligo-éléments, les acides gras essentiels... etc. Chaque individu est unique! Ainsi, la micronutrition adaptera l'alimentation d'un individu à son profil personnel en optimisant ses besoins en micronutriments dans le but d'améliorer sa santé. Une alimentation, même équilibrée, peut ne pas répondre de manière adaptée aux besoins spécifiques d’un individu c'est pourquoi il est nécessaire, parfois, d'y associer des compléments alimentaires personnalisés (1).

J'ai donc adapté mon alimentation à mon endométriose qui est une maladie chronique inflammatoire; c'est-à-dire une maladie qui se caractérise par une inflammation constante causée par des kystes, nodules ou cellules endométriales étrangers à notre corps (pour plus d'explication, vous pouvez consulter mon article "L'endométriose, qu'est-ce donc?"). Ces cellules sont alors nocives et nuisibles pour notre organisme qui va alors déclencher une réponse du système immunitaire devant une telle agression (agent pathogène, blessure, toxines...) pour tenter de nous guérir. L'inflammation est alors une réaction normale de notre organisme face à cette agression : Il s’agit de la première partie du mécanisme de défense, appelée phase aiguë, qui vise à cerner et éliminer l'agent pathogène et indésirables. Ceci entraîne un phénomène de gonflement, de rougeur, de chaleur associé à une douleur plus ou moins violente. La seconde partie est la phase de résolution et consiste à nettoyer et réparer les tissus lésés. Ceci aboutit au retrait et à la destruction de la menace. Le problème dans le cas d'une maladie chronique, c'est que le système immunitaire ne suffit pas à exterminer cette maudite menace qui revient perpétuellement. Et tant que cette menace est présente, le corps continue d’alimenter le processus inflammatoire, occasionnant alors un état inflammatoire chronique dont les conséquences peuvent être désastreuses (2).

Pour vivre au mieux avec cet état inflammatoire constant, il existe des stratégies diverses et variées, à commencer par l'alimentation. Mon endométriose a déclenché de gros problèmes digestifs dès les tous premiers symptômes. Comme j'ai toujours eu une légère paralysie de mon tube digestif causé par mon hémiplégie, j'ai déjà une digestion très lente et compliquée. Lorsque les symptômes d'endométriose ont fait irruption dans ma vie à l'âge de 25 ans, cela a eu des répercutions direct sur mon transit intestinal. Des douleurs atroces qui m'ont fait consulté une gastroentérologue. La maladie de Crohn ayant été écartée, elle m'a conseillé un mode alimentaire qui s'adresse au personnes souffrant d'un dolichocôlon (allongement d'une partie ou de tout le colon) ou d'un colon hypersensible : Le régime FODMAPS. Souffrant d'un dolichocôlon extrêmement plus long que la moyenne, ce fût miraculeux. Je ne vais pas rentrer dans les détails de ce régime mais en quelques mots, les FODMAPS (Fermentable by colonic bacteria Oligosaccharides, Disaccharides, Monosaccharides And Polyols) sont des sucres particuliers qui se cachent dans beaucoup d'aliments. Ils sont très difficiles à digérer et arrivent quasi intacts dans le côlon où ils servent de nourriture aux bactéries locales ce qui produit de la fermentation et donc des gaz. Les FODMAPS se dissimulent principalement dans certains fruits, légumes et légumes secs (fructose, sorbitol, ...), ainsi que dans les produits laitiers (lactose = sucre du lait animal) (3). Allergique aux céréales, au gluten et à la caséine (protéine du lait animal), j'ai donc une alimentation très ciblée, et très simple. Ainsi je retourne au base de notre alimentation ce qui ne me dérange guère. Au contraire, j'adore cuisiner et je m'en donne à cœur joie.

 

De plus, l'industrie alimentaire a développé de nombreux procédés et ajouts pour conserver la nourriture sur du long terme pour répondre aux nombre grandissant de la population et aux envies des consommateurs qui désirent une nourriture plus croustillantes, plus brillantes, plus ceci ou plus cela... Au fil des années, cela a rendu nos aliments de plus en plus transformés et malheureusement, de plus en plus intolérable pour les intestins sensibles et les digestions difficiles. Le lactose et le gluten sont des agents hautement irritants et inflammatoires pour notre intestin, mes allergies "vont" avec mon endométriose. Il paraîtrait même qu'à force de s'enflammer, notre corps deviendrait sensible voir allergique au gluten et au lactose. Ainsi l'endométriose causerait ces allergies. 

Mon endométriose et mon hémiplégie ont causé alors de gros dégâts au niveau de mon tube digestif: Plus mon corps s'enflammait, plus ma digestion devenait difficile. Mon colon a fini par tomber sur mon utérus et ma vessie et les écraser complètement. J'ai donc des douleurs très violentes à la digestion mais aussi avant, pendant et après le passage aux toilettes. Les toilettes sont devenues mon pire cauchemar. J'ai donc commencé un régime anti-inflammatoire pour essayer de diminuer mes douleurs. Le rôle de l'alimentation dans l'inflammation chronique est d'une très grande importance. En effet, il y a des aliments pro-inflammatoires qui déclenchent la cascade de l'inflammation et donc il faut veiller à les limiter. Car un aliment n'est jamais parfait ou à éliminer. Interdire totalement un aliment ne serait pas correct, sauf si il y a une allergie bien entendu. Rappelez-vous alors que l'alimentation passe avant tout par un équilibre!(4) Bien sur, une viande rouge, par exemple, est pro-inflammatoire. Cependant, vous pouvez en manger 2-3 fois par année si vous balancez le reste de l'année avec une alimentation anti-inflammatoire.

Les aliments pro-inflammatoire :

  • les sucres à indices glycémique élevé

  • les graisses provenant de la viandes rouges, de la charcuterie, des produits laitiers d'origine animal, de l'huile de coco et l'huile de palme

  • le gluten et le lactose

  • les acides gras trans, c'est-à-dire les graisses issues de la transformation industrielle, celles que l'on retrouve dans les produits raffinés ou encore les omégas 6, si elles sont consommées en quantité trop importante par rapport aux acides gras omégas 3, qui eux, sont anti-inflammatoires.

Les épices qui soignent :

 

  • Le curcuma est reconnu depuis très longtemps en médecine ayurvédique pour ses propriétés anti-inflammatoires et pour contrer le stress oxydatif (5) grâce à des antioxydants (6) puissants : la curcumine et les curcuminoïdes. Le curcuma est mon allié numéro 1 pour lutter contre mon endométriose. Associé au poivre noir, cela le rend biodisponible dans notre corps. Ainsi, son efficacité sera augmenté et vos cellules pourront en bénéficier d'autant plus. Cette épice indienne est aussi utilisée pour traiter les troubles digestifs grâce à ces effets protecteurs sur la muqueuse gastrique. La Commission Européenne et l’Organisation mondiale de la Santé reconnaissent l'efficacité des rhizomes du curcuma pour traiter les troubles digestifs.

 

  • Le gingembre pour le système immunitaire et les désordres intestinaux

 

  • La cannelle contre les lourdeurs d’estomac

 

  • La noix de muscade, le cumin et l’anis contre les nausées, les ballonnements et pour les désordres intestinaux

 

Les herbes anti-inflammatoires:

  • Thym, Romarin, Menthe, Basilic, Persil, Coriandre et Cerfeuil

Ces herbes et épices rendent l'alimentation très goûteuse ce qui va permettre de réduire le sel que l'on rajoute toujours beaucoup trop.

Les tisanes qui calment :

 

  • Les feuilles de Framboisier calment les spasmes et les contractions du bas ventre. Ainsi, cette tisane va aider à détendre l’utérus et favoriser la digestion pendant les règles douloureuses et les périodes de crises dues à l'endométriose. De plus, les feuilles de framboisier sont riche en tanins, un composé hautement anti-inflammatoires. On y trouve une forte concentration en vitamines A, B, C, E et des quantités importantes de minéraux comme le magnésium, le potassium, le calcium et le phosphore; mais aussi des oligo-éléments essentiels tels que le zinc, le fer, le chrome et le manganèse.

 

  • Les fleurs de la Camomille Romaine possèdent des vertus anti-inflammatoires, calmantes (sédatif léger) et antioxydantes. Elles sont recommandées en cas de crampes et de contractions utérines. La fleur de camomille agit sur les spasmes qui touchent les muscles lisses, comme ceux de l'utérus et du tube digestif. Son effet sédatif léger aide à la déconnexion et au lâcher prise: elle réussit à nous calmer lorsqu'on est très fatiguée mais trop excitée ce qui nous maintient dans un état un peu bizarre de stress et d’anxiété. Cet état où il nous manque qu’un "tout petit rien" pour nous écrouler et enfin commencer à récupérer.

 

  • Les fleurs d’Achillée Millefeuille diminue les spasmes de l’estomac (dyspepsie (7)), de l’intestin et de l'utérus. Elle a aussi des propriétés antiseptiques (aide à éviter les infections), cicatrisantes et diurétique (effet stimulant sur le foie).

Les micronutriments qui combattent le stress oxydatif : 

 

  • Les vitamines C, E, K, D, ainsi que les bêta carotènes (ou caroténoïdes).

 

  • Les oligo-éléments : le Zinc, le Sélénium, le Cuivre, le Manganèse, le Chrome et le Magnésium. Ces oligo-éléments sont essentiels pour aider notre corps à lutter contre l'inflammation. En effet, notre organisme a besoin de certains minéraux pour réaliser les processus biochimiques nécessaire au bon fonctionnement de notre métabolisme (ensemble des réactions chimiques qui se déroulent au sein d'un être vivant pour lui permettre de se maintenir en vie et lui assurer un bon développement). Les personnes atteintes de maladies inflammatoires chroniques puiseront dans leurs ressources pour combattre cette inflammation constante. Au bout d'un moment, elles devront complémenter leur alimentation car leurs réserves seront épuisées. Il est indispensable, pour cibler vos besoins, de faire des analyses sanguines chez un spécialiste: médecin, nutritionniste ou micro-nutritionniste. Après ma première opération, j'ai vu une micro-nutritionniste qui a pu m'indiquer mes manques en Cuivre, Zinc et Sélénium. En plus de ces oligo-éléments, je fais une cure chaque année, à l'arrivée de l'hiver et/ou pendant l'hiver, d'un mélange d'oligo-éléments pour booster mon système immunitaire que je trouve en pharmacie: la solution précieuse du Tibet. Avec l'aide d'un pharmacie, vous pouvez aussi prendre des complexes chez Bioligo ou des oligo-éléments à l'unité. 

 

  • Les polyphénols qui sont contenus dans tous les fruits et légumes rouges (canneberges, framboises, myrtilles, cassis, poivrons rouges, …  ) ainsi que dans le vin rouge et les thés vert et blanc sont de très bon antioxydants.

  • Les oméga-3 présents dans le poisson (tels que le saumon, le hareng, le thon, l'anchois, les maquereaux) offrent une protection contre l'inflammation chronique en réduisant la production des molécules inflammatoires. L'huile de lin est extrêmement riche en oméga-3. Elle aide a réguler le système hormonal, ainsi elle est conseillée en cas de douleurs menstruelles. Elle est aussi un excellent stimulant du système immunitaire. Il faut la choisir en première pression à froid et la conserver au frigo car elle est très fragile et se dégrade vite. L'huile de noix, de chanvre et de caméline sont également riche en oméga 3. Les noix en coque sont ainsi de très bon antioxydants. À ne pas choisir hors de leurs coques car les noix déjà éclatées perdent leurs qualités nutritionnelles.

  • La bourrache est riche en acides gras oméga-3, 6 et 9 qui ont des bienfaits anti-inflammatoires pour soulager les symptômes prémenstruels. Associée à l'onagre, l'huile de bourrache réduit les douleurs lié à l’inflammation. Il existe des capsules d'huiles de bourrache et d'onagre en pharmacie.

 

Pour ma part, je préfère choisir mes compléments alimentaires chez Alpinamed ou chez Burgerstein qui fabriquent leurs produits en Suisse sans gluten, sans lactose et sans arômes ni agents conservateurs. De plus, ils sont homologué par Swissmedic (institut suisse des produits thérapeutiques) et travaillent selon les normes de qualité européennes. Demandez conseils à votre pharmacien avant d'acheter des compléments alimentaires!

Bien sûr, les compléments alimentaires ont un prix assez onéreux. C'est pourquoi, je préfère acheter du curcuma en poudre et des huiles riches en oméga 3 que je prends à la cuillère 1 fois par jour. Une cuillère à soupe suffit. J'altèrne ensuite les huiles pour changer les goûts ou selon mes envies. Les compléments alimentaires que je vous conseille dans cette article sont à prendre en cure (et non sur le long terme) ou lorsqu'il a un réel manque car il ne faut pas faire de surdosage non plus. En effet, notre professeur de chimie minérale nous répétait toujours que : "C'est la dose qui fait le poison" - Paracelse, médecin

J'ai écrit cet article d'après mon expérience, des livres au sujet de mes différents mode d'alimentation (citée en référence en bas de page) et des conseils nutritionnels chez des spécialistes.

Les micro-nutritionnistes que je peux vous recommander sont:

  • Mélanie Refine, Naturopathe diplômée à Genève, Suisse. Formée à la phytothérapie, aromathérapie, nutrition, micro-nutrition.

  • Dr Paul Corthay, spécialiste allergologie, immunologie et micro-nutritionniste: 079.255.92.47

 

Avertissement

Ceci n'est en rien un régime amaigrissant mais une alimentation saine pour vivre mieux avec ma maladie chronique et diminuer mes douleurs. Une alimentation équilibrée part du principe même qu'aucun aliment n'est à proscrire, sauf allergie! Tout peut être mangé, à des quantités plus ou moins élevées.

par Célimène le 8 février 2019

(1)http://www.iedm.asso.fr/Qu-est-ce-que-la-Micronutrition

(2)https://www.monchiro.ca/blogue/souffrez-vous-d-inflammation-chronique-sans-le-savoir

(3)"Plus jamais mal au ventre avec le régime FODMAPS" par Dr Pierre Nys (2015)

(4)"Les secrets de l'alimentation anti-inflammatoire" par Dr Catherine Serfaty-Lacrosnière (2015)

 

(5)Le stress oxydatif est une agression des cellules de notre corps par des particules extrêmement nocives appelées communément radicaux libres. Nos cellules les plus vitales finissent par être endommagées et ne fonctionnent alors plus correctement. Lorsque ces radicaux libres sont en surnombre, on parle alors de stress oxydatif ce qui favorise les maladies chroniques.

 

(6)Les antioxydants sont des substances qui agissent en tant que capteurs de radicaux libres. Ces radicaux libres sont des particules instables produites en faible quantité dans notre organisme. Cette instabilité entrainent des dégâts au sein des cellules responsables entre autre du vieillissement des cellules.

 

(7)Dyspepsie : troubles digestifs  de l’estomac (perte d'appétit, nausées, brûlures gastriques) et des intestins (digestion lente, ballonnements)

Inscrivez-vous

Entrez votre adresse mail pour être averti dès qu'un article est publié !
Ne vous inquiétez pas, vous ne recevrez aucun spam.
Rejoignez moi sur les réseaux sociaux:
  • Grey Facebook Icon
  • Instagram
  • LinkedIn Social Icône

​© Août 2018 par Célimène Weber/La Tête dans les Étoiles, créé avec Wix.com

© Dessin du logo " La femme sur une balançoire céleste ", Avril 2018 par Michael Dudok De Wit

All rights reserved